Message d'erreur

User warning: The following module is missing from the file system: file_entity. For information about how to fix this, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1143 of /home/users4/p/pierrefradin/www/baicchus/drupal/includes/bootstrap.inc).

Baïcchus Tour... Finalement, c'est quoi le pourquoi du comment ????

Au fil des rencontres, des rendez-vous, des discussions, il m’a fallu expliquer les raisons de mon voyage, expliquer le sens que je voulais y donner. Argumenter et parfois même marketer mon pedigree et mon carnet d’adresse viti, pour apparaitre plus crédible! Un type en vélo qui débarque dans un domaine, l’image a parfois fait sourire!!! l’allure tenait plus du touriste sportif que du professionnel de la vigne et du vin! Je démarrais alors la conversation très bas en terme de crédibilité! et de compétence.

Le lien entre le vélo, la montagne et la vigne semblait souvent bien peu naturel, et pourtant...

Alors à vous tous qui avez pris un peu de votre temps pour me suivre et lire les articles, peut-être, vous aussi ne saisissez-vous pas le lien, les valeurs qui ont motivé mon périple “oenomontagnard”...

p6216075_2.jpgVous-vous demandez quel lien il peut y avoir entre le vélo, la montagne et la vigne?? Tout simplement la passion pour ces trois univers,  de nature et de découverte.

Le Pourquoi du Comment en quelques mots.

La montagne - une confrontation simple et engagée entre l’homme et la nature.
Dans un monde trépident, où le résultat à souvent plus de valeur que la manière. Où l’engagement, l’éthique sont relégués derrière la nécessité de gain facile et de notoriété vite acquise. J’avais envi, à ma modeste échelle de vivre un moment ou la manière a un sens. L’effort, l’engagement, des choses qui comptent. Ainsi, j’ai voulu rejoindre les deux mondes qui me passionnent, la montagne et la vigne, d’une manière simple à la seule force de mes mollets, de ma volonté, en autonomie, pausant ma tente chaque soir à l’endroit qui se présentera.

p4123430.jpgLever de soleil sur l'Oisan... depuis le Mont du Pilat.

Ma passion de la montagne et de la grimpe est née dans un bien plat pays, là où j’ai grandi, la région nantaise. Plus connu pour ses plages et son bocage que ses spots de grimpe.

Sommet du Grand Paradis - 4061 m.

Je ne sais pas où ni quand cette passion est née... mais c’est au Lycée avec Pierrot, à peine plus expérimenté que moi que l’aventure a commencé. Les Pyrénées puis l’Oisans ont été nos premières montagnes visitées... En autonomie totale et sans autre guide que notre bon sens et les nombreuses lectures montagnardes, nous y avions réussi quelques jolis sommets. Les cimes nous faisait autant rêver que nos héros... Les Walter Bonatti, Reynold Messner, Lionel Terray, Jean louis Etienne, Chantal Mauduit, Doug Scott... pour qui la montagne n’était pas qu’un simple “terrain de jeux” à performance, mais l’expression artistique, spirituelle, physique, éthique d’une confrontation simple et engagée entre l’homme et la nature.
Depuis nos premières armes avec Pierrot, ma pratique n’a pas cessé...

La Vigne et les Vins de montagne et de forte pente - L''exception de terroirs où la qualité est une nécessité, les pratiques peu interventionnistes une évidence.

Pour ce qui est de la vigne, je suis né à la campagne, dans un univers où cultiver son jardin allait de soit. Tuer le cochon et les poulets, un savoir faire qui m’a permis de connaitre la saveur exacte des choses sans artifice. J’ai je crois découvert bien tard, peut être quinze ans, que les fruits et les légumes pouvaient s’acheter!! Arroser désherber, éclaircir, arracher, ramasser... des corvées auxquelles on essayait toujours d’échapper. Mais tout ça marque... et m’a rattraper quelques années plus tard... l'adolescence, le lycée passés.
Le lien à la nature et à la terre ne m’avaient jamais quitté.

La vigne et le vin est l’une des rares filière où l’on a la chance de pouvoir tout faire de A à Z... de la plantation à la commercialisation, le tout tinté d’un certain sens artistique et créatif. Une multitude d’activités rythmées par la météo et les saisons. Une liberté qui je pense m’a toujours attiré.

Le lien particulier de la vigne au lieu où elle est cultivée en fait une culture unique, particulière... Une culture qui permet souvent de valoriser des pentes, des terrains difficilement valorisables autrement. Cet élément à poussé les gens à un empirisme de talent. Toujours motivés par l’excellence et la qualité. Les cépages adaptés et le savoir faire unique qui y est associé sont ainsi nés. Les terroirs découverts et valorisés.

p1040836.jpg

L’unicité d’un terroir et du vin qui y est associé est une notion admise et reconnue. Elle tient à coeur aux vignerons et aux passionnés de vins... Alors respecter ce terroir, ce territoire, cette terre me semble  évidente, un devoir. L’utilisation d’herbicide, est une pratique malgré tout ce que l’on pourra me dire polluante... en particulier pour l’eau. Le travaille du sol mal maitrisé, non raisonné n’est pas mieux quand il aboutit à une descente de terre et un ravinement massif en cas de pluie et d’orage. Alors oui la question primordiale de la gestion des herbes, du sol qui occupe l’esprit des hommes depuis qu’ils ont inventé l’agriculture est pour moi aussi passionnante. Se passer d’herbicide un enjeu majeur de demain pour le respect des générations futurs de vignerons,  le respect de notre premier bien commun : “l’eau” et le respect de la magie d’un lieu d’exception.

Jacques Grange - Domaine de Beudon, Valais, Suisse. Un vigneron d'exception qui a su développer un vignoble dans un lieux à la biodiversité unique. Beudon ou l'alchimie réussie de l'intégration de la vigne en tant qu'écosystème équilibré.

Je sais qu’en affichant ma position certains me taxeront d’intégriste, d’écolo, de Bio ou autre!!!... un sourire en coin!  Non, je ne suis en rien intégriste, ni sectaire, je tente simplement de trouver une voie, des outils pour produire de grand vins en répondant à une nécessité évidente de respect de notre environnement. De trouver la voie qui laissera aux générations futurs la magie intacte de ces lieux d'exception.

Si nous avons besoin de sols, de forêts, d’une terre en parfaite santés pour que l’humanité le soit ... l’inverse n’est pas vrai !

 

La Géorgie - Le berceau de la vigne et du vin...

Qvevri - Amphores de vinification traditionnelles Géorgiennes.

Avec tout ça, il y avait cette Géorgie au pied des montagnes du Caucase, où la belle aventure du vin est née. Quatre cent cépages identifiés... Une manière de faire du vin unique. L’envie d’aller y faire un tour depuis si longtemps!

Alors rallier ces vignobles de montagne et de forte pente où les gens ont encore des pratiques peu interventionnistes. Comprendre leur manière de travailler et d’entretenir les sols me semblait difficilement autrement concevable qu’en vélo!

Les vignes habitent le pied des montagnes. Alors il n’y avait qu’un pas pour imaginer ce voyage qui rallie tous ces vignobles, vignerons, sommets à la seule force des mollets, à vélo, à pied, à ski, en atonomie ... A la merci du soleil, du vent, de la pluie, des couchers de soleils splendides, des rencontres improbables, magiques, peu friendly!. Accepter la rigueur qu’impose les éléments, avec engagement et intensité... Je me suis surpris à faire une confiance aveugle à mon instinct, à suivre avec plus de confiance encore mon ressenti plutot que la rationalité.

 

pc040522.jpg

 

 

9 468 Kms cumulés