Message d'erreur

User warning: The following module is missing from the file system: file_entity. For information about how to fix this, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1143 of /home/users4/p/pierrefradin/www/baicchus/drupal/includes/bootstrap.inc).

Domaine de la Liaudisaz - Marie-Thérèse Chappaz.

Vignoble:

Superficie du Domaine: 
10.00 hectares

Mercredi 3 juillet 2013...

Rencontre avec Marie Thérèse Chappaz - Valais-Suisse.

Tout juste redescendu du col du Grand St Bernard, le lendemain matin, je prend la route des vignes, vers les hauteurs de Fully. J’ai rendez-vous avec Marie-Thérèse Chappaz, une vigneronne passionnée et passionnante.

p7037197.jpg

Quelques années plus tôt, un beau jour de congrès du Centre Ampélographique Alpine, j’ai l’occasion de déguster une “Petite Arvine” de Mme Chappaz... la finesse, l’élégance, l’équilibre et la puissance arômatique de ce vin m’avait simplement subjugué! Je m’était promis d’essayer un jour, de la rencontrer.

p7037209_2.jpg

Marie-Thérèse Chappaz est d’une énergie époustouflante, très occupée et très sollicitée. Je n’étais vraiment pas certain qu’elle puisse m’accorder un peu de temps! Un coup de fil en mode “au cas où?” et par chance, malgré un planning très chargé mon voyage la fait sourire et elle accepte de me recevoir.

A 8h30, je trouve la Liaudisaz, perché au pied des vignes et de la “Combe d’Enfer”. Le sourire et l’accueil de Marie-Thérèse me fait tout de suite oublier les kilomètres que je viens de faire sous la pluie! Un café serré! et elle me propose un tour des vignes en compagnie de Lucie Zufferey, son “apprentie”.

Lucie suit des cours spécialisés en viticulture et se prépare pour rejoindre le prestigieux cursus d’Ingénieur Agronome - Oenologue de Changins.
Fille d’une grande famille de vigneron de Sierre, je comprend très vite que Lucie est une passionnée, qui vraiment, m’épate par son sens pratique et ses connaissances viticoles.

p7037092_2.jpg

Sous une pluie intermittente, je me laisse guidée le long du Coteau par les explications de Lucie.

p7037026.jpg

La vigne peut en avance cette année finie juste la floraison... car oui comme toute plante, la vigne a sa fleur!. D’une forme particulière, petite et visuellement peut flatteuse, son parfum n’en est pourtant pas moins, l’un des plus subtile et plus joli du monde végétale!

p7037069.jpg

Naissance d'un grain de raisin...

Cette phase se nomme “la nouaison”. Le pollen a germé dans le pistil de la fleur. L’ovule  a été fécondé, il se développera et donnera naissance aux pépins. Protégés par l’ovaire qui en se développant donnera le grain de raisin lui-même. Ce raisin est composé de la pulpe (zone de stockage des sucres et acides du fruit) et de la pellicule, garante de la protection de son patrimoine génétique (les pépins), face aux rayons agressifs du soleil.

Tout ça pour dire que cette phase est une phase "stressante", de grand bouleversement pour la plante. Un moment clé. Alors que j’usqu’à la floraison, la plante n’a pour objectif que la production “végétative” de ses organes et de sa structure... La floraison marque le moment où la plante doit mettre toute son énergie pour le bon développement des ses pépins, le vecteur de la pérennité et de la dissémination de l’espèce. L’enjeu primordiale de toute espèce végétale qui n’a pas le possibilité de se mouvoir autrement que par ceux-ci ET les gourmants volants ou à quatres pattes qui voudront bien consommer ses baies.

L'équilibre sucre/acide évolue à la faveur du sucre une fois les pépins murent...  L’acidité rebutant les gourmants, autant que le sucre les attirent.

C’est justement cette osmose des choses qu’en tant que viticulteur nous utilisons. J’y reviendrai à une autre occasion, une fois que nous croiseront l’autre moment important pour le fruit, la véraison.

p7037035.jpg

Revenons à la visite des parcelles et de ses nombreux cépages. Toujours étonnant de croisé sur un même coteau Suisse, le plus secret des cépages autochtones et le plus international des cépages.

J’y croise donc, la “Petite Arvine” biensur, la star valaisanne, le Chasselas pour le Fendant, l’Hermitage, le nom local de la Marsanne, ramené par les Valaisans du coteau de l’Ermitage au dessus de Tournon sur Rhône, France.
Le Pinot Blanc, la Syrah, le Cornalin, le Cabernet Sauvignon et quelques autres comme le Païen.

Tout ce petit monde répartie sur une dizaine d’hectare, en Biodynamie depuis 2003. Qui donneront naissance à vingt et une cuvées différentes !.

p7037043.jpg

Lucie est très au point sur l’un des thèmes que j’affectionne particulièrement, les systèmes de taille. Je ne rentrerai pas dans les détails, toujours affligeant les explications texte d’une pratique avant tout visuelle!!!!

Ici l’histoire a imposé la haute densité (9000 à 12000 ceps par hectares) comme la norme?! L’histoire ne se refait pas, mais l’avenir permet toutes les possibilités! La haute densité permet l’utilisation du gobelet, pour moi la taille la plus intéressante qui soit! (Je sais vaste sujet de discussion!!!), mais limite fortement la mécanisation. Si l’on veut pérennisé une exploitation, la mécanisation et le travail manuel doivent aller de paire.

Les nouvelles parcelles de Marie-Thérèse sont ingénieusement plantée “en banquette” d’un mètre cinquante de large et palissée soit une densité plus faible. Permettant la mécanisation de certaines interventions, comme les traitements, demandant rapidité et réactivité.

p7037029.jpg

Mais là où je suis très intéressé c’est pas le système de taille des Valaisans... Montagnard avant tout ils y ont trouvé une architecture originale et efficace... “La taille Sapin”, une forme de gobelet où les “bras” sont répartis dans l’espace de façon verticale.

p7037051.jpg

J’ai animé de nombreuses sessions “taille peu mutilante ou soft” comme disent les Italiens. Et je me suis toujours battu pour expliquer qu’il était impossible d’imposer à un cep de se contenir dans le même espace pendant 80 ans. La viticulture de forte pente a cela d’intéressant et c’est LA raison première de mon périple. Planter un cep ne se résume pas à préparer le sol, faire un trou, et à le bichonner. C’est tout un ensemble, muret, sol, cep. Compliqué, couteux, il est primordiale de maintenir un cep dans un état de production optimale le plus longtemps possible!

p7037089.jpg

La taille EST le moyen d’arriver à cette fin. La taille Valaisanne a pour objectif, de maintenir le “flux de sève” sur l’intégralité du cep, c’est à dire de maintenir actifs les mêmes vaisseaux du bois d’années en année.
Afin de contenir chaque bras dans un espace horizontale limité (de ne pas déborder vers la zone d’inter-rang) mais en lui permettant de progresser vers le haut, ils imposent à chaque corne de “tournoyer”. Une technique imparable pour limiter les rajeunissements trop fréquent!

p7037085.jpg
Une jolie Marsanne de 93 printemps ... et toujours en forme...

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire, mais notre discussion taille m’a été très enrichissante, et une dégustation des vins m’est proposée.

p7037149.jpg

Marie-Thérèse Chappaz version dégustation.

Des 21 cuvées développées au domaine, je ne voulais en déguster que quelques unes, mais je n’ai rien pu faire face à la volonté de Marie-Thérèse de me faire découvrir une bonne partie de ses vins, bichonnés et travaillés avec soin.

Je n’en commenterai que quelques uns, un choix difficile, mais un échantillon représentatif de la palette des vins proposés et aussi parce que certains m’ont forcément plus touchés que d’autres.

Je suis arrivé en Suisse avec le préjugé!, bon il va falloir être sympa avec le Fendant, mais le Chasselas c’est vraiment pas ma tasse de thé!
Et bien , je ne sais pas comment ils s’y sont pris, mais je dois avouer que j’ai eu l’occasion de déguster des Fendants exceptionnels, loin de l’image d’un simple vin de soif ou de “starter”.

Les Blancs.

Les Fendants...

p7037148.jpg

Des trois fendants proposés, tous sont très bons, avec peut-être une petite étoile de plus pour “La liaudisaz” , sa minéralité et sa droiture en feront surement un grand vin à qui saura attendre deux-trois années.

Pour la fraicheur et la finesse, c’est “Coteaux de Plammont” 2012. Pour qui veut plus de rondeur, de l’expression arômatique, du fruit, alors “Président Troillet” 2012 saura tout de suite vous flatter.

p7037154.jpg

Je retrouve ensuite celle avec qui j’ai découvert les vins de Marie-Thérèse... La Petite Arvine.

“Grain-Blanc - Coteaux de Louye et Billon” 2012
6 grammes de sucre résiduel, mais pour le trouver à l’aveugle il faut être vraiment bon!!!! La trame acide est simplement exceptionnelle pour ce vin, Le nez agrume, rhubarbe laisse en bouche un parfait équilibre, citronné, frais, légèrement salin... dont le sucre, imperceptible , apporte rondeur et longueur.

J’ai pour ma part eu encore plus de surprise et de plaisir avec :
“Grain-Blanc - Les Claives” 2012
Situé sur l’un des coteaux les plus chaud du Valais, sur des gneiss (= vieux granit métamorphisé). L’explosion aromatique, et la finesse de ceux-ci est assez géniale. Des fleurs blanches à la pêche, le nez est extrêmement complexe.
La bouche est plus minérale et saline que le précédant, mais moi j’aime.
Un vin magnifique, équilibré et suave.

p7037155.jpg

“Grain cinq” 2012
Assemblage d’Ermitage, de Petite Arvine, de Païen, de Pinot-Blanc, de Sylvaner.
Encore très fermé, et plus austère que les vins précédemment dégustés, je ne peux pourtant qu’être persuadé qu’il a tout d’un grand vin...simplement dégusté trop jeune.
Je lui donne un coup de coeur... ce qui me vaut l’obligation de le monter au sommet du Mont-Blanc.
Gérhard et Pierre en redemandent encore?!

p7037159.jpg

“Grain d’Or” 2011
Issu d’Ermitage de plus de 90 ans.
Une année d’élevage en barrique.
Le millésime change, et le style aussi. L’apport du boisé est présente et bien fondu. La fraicheur est là pour accompagner matière et trame vanillée en bouche. Rond, flatteur... rien à redire, on ne peut qu’aimer.

Les Rouges.

La liste des rouges est longue... mais je ne peux pas éviter les locaux, la Dôle et le Cornalin.

p7037161.jpg

“Dôle - La Liaudisaz” 2012
70% Pinot Noir + 30% Gamay
Un vin sur les notes épicées... assez racé, légèrement poivré, aux tanins fins et soyeux.
Très pinot! et très bien réussit.

p7037165.jpg

“Grain Cornalin” 2012
Je me suis totalement laissé embobiné par ce vin, pas spécialement mon style et pourtant!Mon coup de coeur.
Un nez expressif, de fruits murs, également très florale!, très complexe et aérien.
Une bouche tout en rondeur, généreux, élégant. Un vin superbe, entier, rond, équilibré, plaisant... Je crois un grand vin.

p7037170.jpg

Lucie insiste pour me faire gouter “Grain Noir” 2011
Un assemble type “bordelais” de Merlot, Cabernet franc et Sauvignon.
Il faut l’avouer, le style change mais le résultat est très plaisant... On ne peut pas éviter les notes très épicées des cabernets et le fruité du merlot.
La grosse trame tannique et acide en fait un vin à redéguster dans quelques temps... mais  sur, une belle réussite.

Passer chez Marie-Thérèse Chappaz et ne pas déguster ses liquoreux c’est juste passer à côté de ce qui à fait sa renommée.

Je n’en présenterai qu’un, pour laisser à vos papilles le plaisir de découvrir ses “Grain Nobles” un jour, peut être.

p7037174.jpg

Malvoisie 2011
Je ne suis pas très amateur de sucre, mais là encore c’est si bon, que je n’ai pas grand chose à dire.
Les notes fruité sont très franches et fraiches, l’abricot, la pêche, le miel s’entremêlent avec beaucoup de finesse, malgré leur opulence... Un must pour les amateurs de liquoreux.

Une journée géniale, si enrichissante.
Nous poursuivons encore trop longtemps la discussion ... mais Marion et Jacques Granges m’attendent là haut dans leur île d’altitude... Mes affaires ne peuvent pas louper la benne!!!

Je boucle ma remorque et file, en disant une einième fois merci à Marie-Thérèse pour son accueil exceptionnel.

p7037206_2.jpg

www.chappaz.ch

 

 

2 468 Kms cumulés